A l’inverse du tableau un peu idyllique (en tout cas dans son communiqué de presse) que dessinait la semaine dernière une étude sur les industries culturelles en Europe de EY pour le Gesac selon laquelle « les emplois dans la culture sont difficilement délocalisables » et que ces secteurs « montrent la voie à suivre pour sortir de la crise », les combats de la Ficam la semaine dernière sur un amendement crédit d’impôt et les chiffres de leur baromètre long métrage Janvier-septembre 2014 dessinent un secteur de la production cinéma et des industries techniques qui n’a pas encore totalement trouvé son remède à la crise et à la délocalisation.

Le 8 décembre, l’Assemblée Nationale a adopté un amendement rehaussant le crédit d’impôt pour les films d’animation, mais aussi pour les films dits « du milieu » de 4 à 7M€ de budget. Cette mobilisation réussie pour le secteur du cinéma est l’occasion de revenir sur la dernière livraison du baromètre Ficam pour les long-métrages de cinéma, sur la période de janvier à septembre. Et ce depuis 2008.

Sur la période janv-sept 2014, un nombre de longs métrages de fiction d’initiative française (FIF) le plus bas depuis 2008

Malgré une légère remontée en janvier-septembre 2013 à 133 films, le nombre de long métrage est sur une tendance à la baisse depuis 2011. Si les documentaires et les films d’animation restent à des niveaux proches des années précédentes, les films cinéma de fiction accusent une forte baisse de 17% par rapport à l’année dernière à 110 FIF contre 133 l’année précédente.

graph1

Source : Ficam, Observatoire Métiers/Marchés, Long métrage – janv-sept 2014,graphique ThinkandAct 

Baisse des investissements et resserrement du nombre de semaines de tournage par film 

Le total des budgets investis est en baisse sur la période janv-déc 2014, ce qui semble assez logique au regard de la baisse du nombre de films. Mais on constate aussi une tendance à la baisse du budget moyen par film : de 7,1 M€ en 2008 à 5,1M€ en 2014, soit une baisse de 28%.

 graph2

Source : Ficam, Observatoire Métiers/Marchés, Long métrage – janv-sept 2014,graphique ThinkandAct 

Le budget dévolu aux postes techniques est aussi en baisse. La Ficam donne les chiffres depuis 2011 : 96,8 M€ en 2011, 84,5 M€ en 2012, 82,2 M€ en 2013 et 64M€ en 2014, soit une baisse de 33 millions sur la période dont la plus grosse baisse se fait sur cette dernière année. Ce décrochage des postes techniques, entre les années 2013-2014, est à suivre sur les années qui viennent. Cependant on peut penser que cette chute pourrait être endiguée par les récentes décisions du CNC dont la limitation des salaires des acteurs sur les films aidés. Le «below the line » va peut-être remonter !

La baisse du budget des films est logiquement suivie par le recul du nombre de semaines de tournages. Le détail des données par semaine de tournage fait apparaître une tendance nette à la baisse du nombre de semaines par tournage : on était en moyenne à 9 semaines (France et étranger) en 2008 et on est passé à 8 semaines en 2009 puis à 7 depuis 2013. Les semaines de tournage aussi bien à l’étranger qu’en France sont en baisse.

Evolution du ratio nombre moyen de semaines par tournage

ratio semaines par tournages

Source : Ficam, Observatoire Métiers/Marchés, Long métrage – janv-sept 2014,graphique ThinkandAct

Un taux de délocalisation élevé mais stable

Le taux de délocalisation est de 22%, comme en 2013. Comparé à toutes les périodes de janvier-septembre depuis 2008, ce taux 2014 est plutôt dans la moyenne basse des niveaux de délocalisations. En effet, la moyenne des taux de délocalisations annuel depuis 2008 est de 23%.

Cette stabilisation de la délocalisation entre 2014 semble avoir enrayé la progression qui était la tendance jusqu’en 2012. On peut penser que les décisions sur le crédit d’impôt ne sont pas pour rien dans ce résultat. Cependant, le taux reste élevé comparé, toutes choses étant égales par ailleurs, à d’autres secteurs économiques. Par exemple, dans l’automobile, 17% des activités sont délocalisées.

Evolution du taux de délocalisation des tournages

Taux de déloc

Source : Ficam, Observatoire Métiers/Marchés, Long métrage – janv-sept 2014,graphique ThinkandAct

Une délocalisation qui baisse sur les gros budgets et augmente sur les petits

En général, plus le budget du film est élevé plus le niveau de délocalisation est important.

  • De 2009 à 2013, le taux de délocalisation des films à plus de 20M€ dépasse les 50%. Il monte même à 70% en 2010.
  • Pour les budgets de 10 à 20M, le taux de délocalisation d’une année sur l’autre est très variable allant de 19% à 35%.
  • Pour les films de moins de 10M€ de budget, le taux de délocalisation est inférieur ou égale à 20% (avec une amplitude de 18 à 22%).

Sur cette dernière période janvier-septembre 2014, les évolutions sont tout à fait différentes des autres années : la délocalisation ne progresse pas, elle baisse pour les films disposant d’un budget supérieur à 20M€ et de 10 à 20M€, alors que les films à moins de 10 millions d’euros connaissent leur plus fort taux de délocalisation depuis 6 ans à 22%.

Evolution des taux de délocalisation par niveau de budget des films

deloc par budgetSource : Ficam, Observatoire Métiers/Marchés, Long métrage – janv-sept 2014,graphique ThinkandAct