Dans moins de 15 jours s’ouvrira le 34ème Salon du Livre (du 21 au 24 mars) au cours duquel plusieurs tables rondes traiteront de l’avenir du livre numérique. Qui est le lecteur nouvelle génération ? Quelles sont ses pratiques, ses habitudes de lecture ? Devient-il pirate si l’offre numérique lui semble à la fois trop chère et trop réduite ? Les résultats de la quatrième édition de l’étude sur les usages du livre numérique du Syndicat National de l’Édition qui sera présentée au Salon du livre est très attendue. Pour bien mesurer l’évolution rapide de ce secteur, il est important de se replonger dans l’édition 2013.

Une lecture sur écran qui progresse vite et…

La lecture numérique a fortement progressé en un an. 15% de la population âgé de 15 ans et plus a déclaré avoir déjà lu une partie d’un livre numérique en mars 2013 contre 5% en 2012. Cette progression de la lecture est liée à celle de la vente de tablettes  (42% de l’échantillon interrogé possèdent une tablette, près de 2 fois plus qu’en mars 2012). Ainsi, posséder une tablette est un facteur déterminant pour l’usage du livre numérique. Grâce à la généralisation des smartphones et des tablettes numériques, un nombre croissant de lecteurs se met à cette forme de lecture.

La liseuse

…une pratique qui pousse à lire

Les français passeraient en moyenne une heure par jour à lire des textes numériques. 27% des lecteurs sont de plus en plus nombreux à constater qu’ils lisent plus depuis qu’ils utilisent cette forme de lecture. La littérature est la catégorie la plus lue et la plus achetée pour 66% des interviewés. Parmi les autres catégories, on trouve les essais (30%), les beaux livres (27%), la BD (24%), les livres techniques (23%), les dictionnaires etc. On sait aussi que cette forme de lecture est le compagnon de la mobilité : le livre numérique s’emporte et se consulte partout. Pour des facilités de stockage, de transport, on achète la version numérique.

 

Mais un livre numérique qui coûte à peine moins qu’un livre papier et …

Reste la question du prix du livre numérique. 27% des interrogés souhaitent que les prix soient plus accessibles. Un livre de la collection Blanche chez Gallimard, par exemple, coûtera en version numérique seulement 4 à 6 euros de moins que sa version papier, il en va de même pour les éditions POL ou Minuit. Si certains éditeurs ne semblent pas très préoccupés par l’accessibilité des versions numériques, il n’en est pas de même pour la Maison d’édition Bragelonne qui propose une version numérique presque 2 fois moins chère que sa version papier. En France, le livre numérique se vend en moyenne 25 à 30% moins cher que la version papier alors qu’aux États-Unis, il est beaucoup moins cher. Amazon y propose des fichiers numériques vendus 9,90 dollars pour des œuvres qui coûtent 20 dollars ou 25 dollars en version papier.

Comparatif des prix entre version papier et version numérique dans quatre maisons d’éditions françaises

Source : ThinkandAct , 04/03/2014.

Source : ThinkandAct , 04/03/2014.

 

…une augmentation de la lecture qui ne signifie pas dépenser plus

Malgré une consommation plus importante de livres numériques, le budget livre reste inchangé pour 65% des interviewés. C’est que les lecteurs acquièrent leurs livres gratuitement. Avec un double sens du « gratuit »:

  • Les lecteurs se tournent vers l’offre de catalogues gratuits des libraires en ligne. Feedbooks.fr, par exemple, créée en 2007 par deux jeunes ingénieurs français, soutenue par Oséo (devenu BPIfrance), note une augmentation de la consultation sur écran de ses 15.000 ouvrages en libre consultation. Un téléchargement est enregistré à chaque seconde, soit 3,5 millions par mois depuis 240 pays.
  • Par ailleurs, si les livres numériques sont considérés comme trop chers, certains lecteurs n’hésitent pas à les télécharger illégalement. Mais, le recours au piratage reste relativement faible par rapport aux autres industries culturelles telles que la musique ou le cinéma. Le respect du droit d’auteur y est plus fort à tout âge. De plus, l’offre illégale de livres numériques reste réduite pour télécharger en masse.

 

Dès lors, des éditeurs qui cherchent des nouvelles façons de diffuser le livre numérique et …

Selon le rapport du Syndicat National de l’Édition, les lecteurs de livres numériques acquièrent de plus en plus sur les sites d’éditeurs comme la plate-forme Eden Livres[1]. La plupart des éditeurs français publient aujourd’hui leurs nouveautés au format papier et numérique. Certains republient même leur fond seulement en format numérique et le diffuse via la plateforme Cléo. Les éditeurs recherchent et testent de nouveaux modèles de diffusion. Ils s’efforcent d’être au plus près des attentes du consommateur et de réussir à le surprendre.

Ainsi, la maison Bragelonne, 3ème maison d’édition dans le secteur numérique, tente des nouvelles stratégies marketing : un tarif attractif, sensiblement moins cher que la version papier, une collection de petites nouvelles à 0,99 euros, etc. Gallimard teste les folios à 3,99 euros. Albin Michel a lancé un livre interactif et enrichi, L’Herbier des Fées de Benjamin Lacombe.

Pour attirer de potentiels lecteurs, Amazon, Apple, Kobo supportent essentiellement l’édition numérique en créant en parallèle des applications.

 

… une librairie en « consultation » qui débarque chez le lecteur

La vraie nouveauté semble être la location de livres numériques qui prend la forme de prêts illimités afin de contourner le prix unique du livre. Ces nouvelles formes d’offres de lecture sont aussi de plus en plus mises en avant pour contrecarrer le piratage. La start-up française, Youboox, propose une offre gratuite avec publicité dans le livre et un abonnement donnant accès à un certain nombre de livres pour 9,99 euros par mois. En partage de revenu avec les éditeurs, Youboox leur reverse la moitié de ses revenus.

Même si beaucoup de lecteurs sont toujours attachés à l’objet livre et au fait de les posséder, il semble qu’on se dirige de plus en plus vers un double basculement : d’un objet physique à un « service » ou objet immatériel et de la propriété à la consultation.

 


[1] Eden livres est créé en 2009 et s’est développée conjointement par 4 grands éditeurs français : Actes Sud, Flammarion, Gallimard et La Martinière Groupe. Elle permet aux éditeurs et diffuseurs de mettre leur catalogue numérique à disposition des lecteurs.