Est-ce seulement une impression ou est-ce la réalité ? Le mercato radio de la future saison 2018-19 semble avoir légèrement éclipsé celui de la télévision ? Nikos Aliagas le matin, Laurent Bazin à l’heure du déjeuner et Patrick Cohen le week-end sur Europe 1, Marc Fauvelle sur France Info, 2ème saison pour Nicolas Demorand et Léa Salamé le matin et Edouard Baer, le dimanche soir à partir de 22heures sur France Inter, et RMC qui ne change pas une équipe qui gagne, etc. Il faut dire que la radio doit se bouster sérieusement avec des résultats de la 126 000 radio Médiamétrie Avril-Juin 2018 en sérieuse demi teinte. Il est vrai que sur ce dernier mois, la coupe du monde de Foot est passée par là ! Mais aussi que les web radios et les nouvelles formes du média que la transformation numérique a apportées ne sont pas prises en compte dans les résultats (Où est Hotmix Radio?)Avant une rentrée qui cherchera à bousculer les positions, revenons sur les derniers résultats d’audience du média et sur les entreprises, les salariés et les métiers de ce secteur qui le rendent si spécifique.

1 – Spécificité et différence, le ticket gagnant!

Légère baisse du média à 78,9% d’audience cumulée, pas de miracle pour Europe 1, mais baisse également sur 1 an pour France Inter et RTL. Seule RMC est en hausse sur les deux périodes de comparaison (par rapport à la même période AJ l’année dernière et par rapport à la dernière vague précédente JM2018). Les radios musicales se portent mieux et l’agrégat reste stable sur 1 an, mais beaucoup de musicales sont en baisse légère : NRJ, Chérie, RFM et la baisse est plus forte pour Virgin Radio. Seule Skyrock est en hausse sur les 2 périodes de comparaison. Les programmes thématiques accusent une forte baisse en raison du sérieux recul de France Info, mais France Culture et Radio Classique sont en hausse sur les 2 périodes de comparaison.

Source : Médiamétrie, 126 000 Radio, Audience cumulée, cible 13 ans et +

 

2 – La radio, le secteur audiovisuel de la proximité

2 – La radio, le secteur audiovisuel de la proximité et de la spécificité
Au sein du champ de l’audiovisuel qui regroupe les secteurs de la production audiovisuelle et cinéma, de la prestation technique image et son, de la télédiffusion et de la radiodiffusion, ce dernier secteur est absolument différent des autres par son maillage du territoire, par la taille de ses entreprises, par leur âge et par leur forme juridique majoritaire. C’est à partir du portrait statistique du champ de l’audiovisuel fait par la CPNEF AV et l’AFDAS à partir des données du groupe Audiens et avec ThinkandAct et Wedodata que nous pouvons dresser ce portrait du secteur de la radio diffusion.
Un maillage fin du territoire
Alors que les autres secteurs audiovisuels sont très concentrés en Ile-de-France, à 69% et 68% pour les secteurs de la production audiovisuelle et de la prestation technique et à près de 60% pour la télévision, le secteur de la radiodiffusion est fortement présent dans toutes les régions françaises : 19% des entreprises sont implantées en Ile-de-France, exactement au même niveau que l’ensemble de la population française. 3 autres régions accueillent un nombre important de radios : Rhône-Alpes 17%, Occitanie 13% et Nouvelle Aquitaine 12%. Les 8 autres régions comprennent toutes entre 5 et 6% des radios.

Source : Statistiques du groupe Audiens, pour la CPNEF AV
dans le cadre du portrait du champ de l’audiovisuel en 2016
Des entreprises pérennes
82% des entreprises de la radiodiffusion ont plus de 10 ans et moins de 3% ont moins de 3 ans. Ce secteur est particulier au sein de l’audiovisuel. En effet, la production audiovisuelle et la prestation technique mais aussi la diffusion télévisuelle comptent une moindre proportion d’entreprises de plus de 10 ans (respectivement 37%, 45 et 57%) et une plus grande proportion de jeunes entreprises (25%, 22% et 10%). Ces chiffres radio s’expliquent par une structuration du secteur radio relativement figée depuis la grande vague de libéralisation de la bande FM dans les années 80, la saturation actuelle de cette bande FM et par les nouvelles formes de radio émergentes avec le numérique qui ne sont qu’à leur début (les éditeurs de podcast, les agrégateurs de radios, les radios UGC) ou ne sont pas encore comptabilisées dans les statistiques (les web radios).
Des entreprises de taille moyenne
La très grande majorité des entreprises de la radiodiffusion (82%) ont entre 1 et 10 salariés, à la différence, d’un côté des secteurs de la production audiovisuelle et de la prestation technique qui fonctionnent majoritairement avec des intermittents (CDDU) et ont peu de salariés permanents (55% des entreprises de la production audiovisuelle n’ont aucun permanents et c’est 51% pour la prestation technique) et de l’autre côté, le secteur de la radiodiffusion qui est un secteur beaucoup plus concentré avec une majorité d’entreprises de plus grande taille (50% ont plus de 11 salariés permanents et plus de 20% des entreprises de plus de 50 salariés permanents).Une majorité de structures associatives
Alors que dans les autres secteurs du champ audiovisuel, les formes juridiques commerciales sont majoritaires (55% de SARL dans la production audiovisuelle et dans la prestation technique et 53% de SAS dans la télédiffusion), le secteur de la radiodiffusion est composé de 66% de structures associatives (radios de catégorie A).



Source : Portrait statistique des entreprises, des salariés et des métiers
du champ de l’audiovisuel en 2016, CPNEF AV, Audiens, Afdas

Un salarié d’âge moyen autour de 40 ans
L’âge moyen du salarié de la radio est légèrement plus vieux que dans le secteur de production audiovisuelle mais un peu plus jeune qu’en télévision. 40,7 ans d’âge moyen et 39 ans d’âge médian. Les femmes sont plus jeunes que les hommes : 39 ans d’âge moyen pour les femmes contre 42 ans pour les hommes.Un accès au statut de cadre identique entre femmes et hommes
Alors que dans les autres secteurs du champ de l’audiovisuel, les hommes et les femmes n’accèdent pas dans les mêmes proportions au statut de cadre (les hommes accèdent plus que les femmes dans la production audiovisuelle et dans la prestation technique et c’est l’inverse dans la télédiffusion : 52% des femmes et 24% des hommes), au sein de la radiodiffusion les hommes et les femmes accèdent dans les mêmes proportions (27%) au statut de cadre.Un média concentré autour de 2 métiers principaux 
Parmi les 11 familles de métiers du champ de l’audiovisuel, deux seuls métiers sont les plus pratiqués en radio : les métiers de l’antenne et de l’info et ceux de l’animation et de l’interprétation.

 


Source : Statistiques du groupe Audiens, pour la CPNEF AV
dans le cadre du portrait du champ de l’audiovisuel en 2016

En conclusion

Simplement dire que la rentrée radio 2018-2019 et les nouvelles formes du média seront passionnantes à découvrir dès la fin du mois d’août.
Bel été à toutes et à tous !